Réagis !

Parfois, la vie est injuste, douloureuse, incompréhensible, sombre, boueuse.

Parfois on subit, impuissants. Les choix des autres, leurs comportements, leurs décisions, mais aussi la maladie, la mort, la souffrance, ou la solitude, autant de facteurs qui peuvent s’immiscer sur nos chemins sans qu’on l’ait demandé ou voulu.

Parfois c’est dur de se contenter, parce qu’on a pas choisi ce qui se produit dans nos vies.

Personne ne choisit ça, la maladie, la mort, la souffrance, la solitude, l’abandon …

Mais si vous deviez sélectionner dans les dix dernières années les moments qui ont été les plus instructifs, ceux grâce auxquels vous avez grandi, évolué, ou appris, il y a fort à parier que votre top 5 regrouperait les moments les plus difficiles, injustes, épuisants ou douloureux que vous ayiez vécu. Vrai ?

La vie fait mal, et cette souffrance nous amène dans des endroits que nous n’avions pas prévu de découvrir.

L’être humain aime la stabilité. Lorsqu’un système, une organisation ou une façon de faire fonctionne, il a envie de le faire perdurer. Et ce désir de continuité est inscrit à l’intérieur même de nos corps, dans chacune de nos cellules !

Prenons un exemple : pour fonctionner le mieux possible, notre corps a besoin de maintenir une certaine température. Si vous lisez cet article dans une pièce où il fait une vingtaine de degrés, l’activité des cellules dans votre organisme produit suffisamment de chaleur pour compenser la déperdition habituelle. Le système est équilibré.

Si par contre vous vous placez dans un environnement plus froid, l’équilibre sera rompu et votre corps cherchera à tout prix à le retrouver : vos vaisseaux sanguins vont se rétracter, diminuant la circulation de sang chaud dans votre peau et réduisant la déperdition de chaleur, vos muscles se contracteront, provoquant des frissons et produisant ainsi plus de chaleur … et il existe certainement une multitude d’autres réactions qui seront enclenchées pour retrouver l’équilibre.

Cette recherche constante de continuité fait partie de notre essence d’être humain, et nous n’aimons pas tellement la voir mise à mal. Vous êtes-vous habitués à la mort, à la maladie, aux conséquences néfastes qu’ont les actions des autres dans votre vie ? C’est comme si nous n’étions pas censés vivre ça, non ? Comme si on sentait au fond de nous qu’on est fait pour bien plus ? Bien plus longtemps ? L’éternité ?

Et en même temps … ce sont ces difficultés qui nous construisent. Mais pour qu’elles soient constructives, il faut accepter qu’elles fassent partie de nos vies, et qu’il puisse toujours en ressortir du beau, du bon, et du bien. Comme si chaque temps de nos vies méritait d’être vécu, quel qu’il soit.

La vie n’est pas facile. C’est normal, d’avoir mal. C’est normal, d’être déçu. C’est normal, d’être triste. Ou frustré. Mais comme notre corps réagit à son environnement, à ce qu’il subit, nous pouvons et nous devons nous aussi réagir à la vie. Toutes ces choses qui débarquent dans nos vies sans qu’on ait rien demandé ? On peut choisir leur place, leur impact ou les conséquences qu’on les laissera avoir.

Choisir.

Choisir d’aller de l’avant, d’essayer de faire mieux, de lâcher prise, d’accepter de ne pas être parfait-e, d’accepter de souffrir, de se rappeler que l’on est pas seul, d’avoir le droit d’échouer, de recommencer.

Choisir de se contenter d’une vie qui n’est pas toujours celle que nous avons choisie, mais qui est là, qui est unique, et courte, et qui doit être vécue. Telle qu’elle est.

« Il y a un temps pour tout et un moment pour toute chose sous le ciel.

Il y a un temps pour naître, et un temps pour mourir,

un temps pour planter, et un temps pour arracher ce qui est planté,

un temps pour tuer et un temps pour soigner,

un temps pour démolir et un temps pour construire.

Il y a aussi un temps pour pleurer et un temps pour rire,

un temps pour se lamenter et un temps pour danser,

un temps pour jeter des pierres et un temps pour en ramasser,

un temps pour prendre dans ses bras et un temps pour s’éloigner,

un temps pour déchirer et un temps pour coudre,

un temps pour garder le silence et un temps pour parler,

Dieu fait toute chose belle en son temps.

Il a implanté au tréfonds de l’être humain le sens de l’éternité. »

Ecclésiaste 3:1-11 (La Bible)

 

Chaque matin, en ouvrant les yeux, quel que soit « le temps » de notre vie, nous avons la possibilité de choisir. Nos vies peuvent changer d’un instant à l’autre, et il est toujours temps de prendre un nouveau départ. De réagir à la vie. Et … de choisir la confiance, parce qu’Il fait toute chose belle !

 

Pour aller plus loin :

Un article du site chrétien « Tout Pour Sa Gloire » qui nous invite à découvrir  10 dangers d’une vie facile !

2 réponses sur « Réagis ! »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s