DEUXIÈME SEMAINE DE WWOOFING SUR BIG ISLAND !

Vendredi 17 :

Nous ne savons pas ce que nous réserve cette journée … Cori ne nous a rien dit de particulier et elle part très tôt en voiture le matin. Bon. Ça fait une option de déplacement en moins.

Je demande à Pete si il sait ce qu’elle a prévu aujourd’hui : il n’en a aucune idée mais il doit aller à la poste et peut nous prendre avec si ça nous intéresse. Jeregarde rapidement le guide de Big Island et repère un des seuls sites historiques d’Hawaii  dans un village proche de la poste. Parfait !

Mais Mike ne se sent pas très bien … On part avec Pete et on s’arrêtera après la poste pour faire quelques courses, mais ensuite, retour à la maison. C’est pas le moment de se trouver mal à 30 miles de la ferme ! On a pu acheter des oeufs et ça embellit déjà notre journée !

Samedi 18 :

Puisqu’on avait parlé à Pete de visiter le site historique, il décide de nous y amener. L’autre wwoofeur nous accompagne, et nous irons ensuite à la plage. Parfait comme programme !

En route pour Pu’uhonua, donc.

Les anciennes lois Hawaiiennes – Kapu – n’étaient pas tout à fait souple. Soit tu faisais partie de la population royale, soit tu faisais partie du bas peuple. Et il y avait un bon nombre de règles à respecter : ne pas marcher sur le même trottoir, ne pas manger avec une personne du sexe opposé, ne pas laisser son ombre passer sur un objet ou une maison de la famille royale.

Bref, c’était extrêmement difficile de tout respecter, et il s’en fallait de peu pour que être condamné à mort. Une seule option une fois que la sentence était décidée : se rendre dans une ville de refuge – mais bon, il faut faire vite, courir, nager, parce que les soldats sont derrière. Une fois sur place, on ne pouvait plus être poursuivi et un prêtre pratiquait des rituels pour vous faire pardonner. C’est donc dans une ancienne de ces villes que nous nous sommes rendus.

Dimanche 19 :

Aujourd’hui Cori doit nous amener à Green Sand Beach … Mais elle n’est pas assez en forme pour conduire et nous propose donc de prendre leur truck ! Libertééééé ! On est supers contents.

On s’envole tôt le matin direction donc, une plage de sable vert ! Il n’en existe apparemment que deux aux USA, le vert étant dû à des petites particules d’Olivine mélangées au grains de lave et de corail. La vidéo ne rend pas assez bien, mais effectivement une fois dans nos mains, le sable paraissait vraiment vert. Étonnant !

Il est interdit de se rendre à la plage en 4×4, mais les locaux se font un plaisir –  et une fortune – d’entasser les touristes à l’arrière d’un truck pour les y amener. Le paysage est du coup complètement dénaturé par les dizaines de routes créées au fur et à mesure du temps par les conducteurs. Sympa. (Non).

L’océan était trop mouvementé – et la plage trop bondée – pour se baigner. Nous nous sommes donc arrêté pour grignoter avant de partir en direction de South Point : le point le plus au Sud de tous les USA. Je ne sais pas très bien pourquoi ils en font un tout un fromage … M’enfin ! 

Comme il était encore tôt, nous avons décidé de faire un autre arrêt proche de la ferme : Miloli’i Beach. L’océan était mouvementé, il y avait beaucoup de vent et la plage n’était pas vraiment appropriée pour une fin de journée au calme … Mais après s’être éloignés un peu du bord, nous avons découvert une minuscule plage de sable blanc donnant sur une baie calme et magnifique. Le pied !

Lundi 20 :

Pendant cinq heures, nous avons coupé les arbres de café, enlevé les branches des troncs, entassé les troncs à l’arrière du truck, et fait les aller-retour pour le vider. Le soleil tapait fort et le travail pour une fois était assez fatiguant. À 13h, on était de nouveau des loques ! Moi, j’ai retrouvé les vieilles douleurs des vendanges à force de donner des coups de machettes !

Mardi 21 :

Rebelotte. Mike coupe les troncs, je coupe les branches, j’entasse dans le truck, on part vider. Je commence à ressentir une certaine frustration de ne rien apprendre de nouveau. J’ai l’impression de faire du travail bête et méchant, bien sûr c’est utile et bien sûr on est contents d’aider nos hôtes … Mais travailler jusque 13 heures, puis être coincés à la ferme le reste de l’après-midi, ça me donne la sensation de perdre du temps alors qu’il reste tant de gens à rencontrer, d’endroits à découvrir, de conversations à avoir …

Mercredi 22 :

Une dernière pour la route ! Demain c’est Thanksgiving, donc nous ne travaillerons pas. Youpi !  À nouveau le même travail qu’on effectue mécaniquement … et à nouveau la même sensation de ne pas vraiment être au bon endroit.

Nous devions partir pour Kona aujourd’hui rencontrer des -futurs ! – amis, mais c’est la saison de la grippe ici et toute leur petite famille est malade. On remet donc au lendemain !

Jeudi 23 :

Nos amis sont toujours malades, mais puisque nous devions passer Thanksgiving dans une famille de leur église, j’ai le culot de demander si cette famille peut nous accueillir quand même … On a une tente et tout le nécessaire pour camper dans le jardin ! Tout ce qu’on veut, c’est rencontrer d’autres chrétiens, et par pitié, partir de la feeeerme !

On fait du stop jusqu’à Kona (1 petite heure de route vers le nord) : une première voiture nous amène un peu plus loin qu’à mi-chemin, et une seconde nous dépose en ville. J’aime bien faire du stop … Mike beaucoup moins ! Moi, j’apprécie de rencontrer par hasard des gens, de discuter quelques minutes, et de leur dire au revoir ! 

Nous resterons probablement tout le week-end à Kona, donc nous avons nos sac sur le dos. Pas très pratique – ni pour se déplacer, ni pour ne pas passer pour des touristes, hum  ! On mangera un petit bout en ville avant de se poser sur une plage : nos hôtes de ce soir ne nous attendent pas avant 17h.

Et quel accueil ils nous réservent …

J’espère que vous avez déjà vécu le fait d’arriver dans un endroit inconnu, peuplé de gens que vous ne connaissez pas, et de vous sentir comme à la maison. C’est une des meilleures sensation du monde. Kim et Gordon sont fantastiques. Ils nous ont même préparé une chambre et nous n’avons du coup pas besoin de monter la tente !

Et nous allons vivre une soirée de Thanksgiving parfaite, avec des gens tous plus accueillants les uns que les autres, de la nourriture à n’en plus finir – et du vin !!!!!!!!!!!!!! – , des saveurs nouvelles, des discussions géniales …

À la fin de la soirée, Kim et Gordon nous proposent une voiture pour le lendemain –  nos amis se remettent doucement et nous allons peut-être pouvoir les rencontrer, mais en attendant, c’est une opportunité de OUF pour découvrir les environs. 

Cette soirée mériterait un article à elle toute seule. Nous n’avons pas pris de photos, pas pris de vidéo, pour pouvoir garder tous ces moments, ces bons plats, ces sourires, tout ça dans notre coeur et dans nos têtes et pouvoir nous les repasser encore et encore. On a juste savouré, oublié tout le reste et essayé d’être juste . On a vraiment été, on est vraiment bénis par ces personnes qu’on ne connaissait pas quelques heures auparavant. Ça restera une des plus belles expériences du séjour, ça c’est sûr.

Dans un mois, c’est Noël … Et on sera de retour en France. Il nous reste un peu plus de deux semaines pour en profiter un maximum, savourer encore tout ce qu’on va vivre,  et tirer le plus de leçons possible de notre temps ici !

À mardi  !!!

3 réponses sur « DEUXIÈME SEMAINE DE WWOOFING SUR BIG ISLAND ! »

  1. Hello les woofers, merci de nous faire partager vos aventures. ..Petit message spécial pour Mike de la part de Robi: ramène quelques petites branches de cafeier (ou manguier) dans tes bagages, ca fera peut-être un stylo …..
    Petite énigme à résoudre pendant vos travaux astreignants : combien de kilos de bois divers (olivier, cep…) Robi a t’il ramené d’Israël ?
    Au plaisir de vous revoir bientôt, Martine et Robi

    J'aime

    1. Aloha les Pfister !!
      On a justement pensé à lui en ramener !!! Mais ce n’est vraiment pas très épais, je ne sais pas s’il arriverait à faire quelque chose avec …. On va normalement pas le droit de sortir des espèces « vivantes » mais on peut tenter haha ! Au pire on restera coincé à la douane et on loupera notre avion, pas grave … 😀

      On va réfléchir … des KILOS ?! Il y a été fort ! On réfléchit !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s